samuel-feretQuelle est votre fonction ?

Je coordonne depuis 2008 une plate-forme d’ONG et d’organisations agricoles et rurales françaises sur la réforme de la PAC. Cette plate-forme s’appelle le Groupe PAC 2013. Depuis le printemps, j’ai également pris la coordination d’une plate-forme d’ONG, think tanks et réseaux ruraux européens ARC2020, ce qui veut dire convention agricole et rurale 2020.

Pour quel organisme exercez-vous actuellement?

Groupe PAC 2013 et ARC2020.

Comment êtes-vous arrivé à travailler sur des sujets liés aux problématiques environnementales ?

Par l’agriculture, la sociologie rurale et la politique agricole.

Citez-nous quelques dates importantes dans votre parcours professionnel ?

1997-1999 : ma première réforme de la PAC aux cotés d’un think tank paysan de l’Ouest de la France (groupe ‘paysans et citoyens’) lorsque nous fîmes des propositions qui entrent seulement en vigueur aujourd’hui dans la politique agricole commune (verdissement, redistribution des aides…).

Environnement : vos craintes et vos espoirs ?

Mon espoir, élargir la base des ONG, mouvements citoyens et réseaux sociaux autour des questions alimentaires. Ma principal crainte, le renoncement à l’Europe dans la population et d’une partie de la la classe politique, l’Europe étant pourtant notre avenir à tous.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent s’investir dans la protection de l’environnement ?

Faire preuve de patience stratégique, ne pas sombrer dans la résignation et valoriser les ‘success stories’.

Retrouvez l’article de Samuel Feret

Plus verte la PAC… sauf pour les agriculteurs biologiques ?