Par Patrick Fourrier

bolivia-intiDès les années 2000, l’ONG BISS (Bolivia Inti Sud Soleil) s’emparait de la problématique de l’énergie de cuisson des aliments. Il s’agissait de favoriser la diffusion d’une énergie accessible et propre pour les familles de la Cordillère des Andes puis pour les communautés en Afrique. L’action s’est appuyée sur la promotion de cuiseurs solaires, de cuiseurs à bois à haut rendement énergétique et de cuiseurs thermos.
La combinaison de ces 3 familles de cuiseurs apporte une réponse concrète aux 3 milliards de personnes exposées aux fumées émises par les foyers à bois inefficaces lors de la préparation quotidienne des repas.

Le tueur est dans la cuisine

Dans la plupart des pays, ce sont les femmes qui sont chargées de la cuisson des aliments, et selon les plats, elles passent de 2 à 6 heures devant des feux de bois ouverts. Au préalable, ces femmes, ou leurs enfants, consacrent un temps de plus en plus important à la quête du bois. Du fait de l’épuisement de la ressource ligneuse de proximité, le ramassage du bois est devenu une corvée très chronophage et éreintante : plusieurs dizaines de kilomètres sont parcourus chaque jour avec une charge importante à porter… Ce temps alloué à la collecte du bois, entrave la disponibilité des femmes pour créer ou mener des activités productives génératrices de revenus (AGR), ou pour se consacrer aux soins ou à l’éducation de leurs enfants…
Cuire les aliments avec du bois ou des résidus au moyen de foyers ouverts ou de poêles sans évacuation altère l’air intérieur des habitations. Les murs noircis en témoignent. Le fonctionnement de ces foyers peu efficaces génère des fumées toxiques qui ont des effets sur la santé particulièrement graves voire meurtriers. Selon la revue médicale « The Lancet », près de 4 millions de personnes meurent prématurément, chaque année, de cette pollution domestique. Pneumonies, maladies chroniques des voies respiratoires, cancers des poumons touchent en priorité les femmes utilisatrices de ces foyers et leurs jeunes enfants.

La Bolivie, un des pays d’intervention de BISS, possède des réserves de gaz et le produit, néanmoins il faut qu’une famille consacre de 25 à 30% du budget familial pour acheter ce combustible. En France, il faudra dédier de l’ordre de 2% du budget pour couvrir les mêmes dépenses d’énergie de cuisson. Nourrir sa famille ou acheter du combustible, tel est le dilemme de nombreuses mères de famille pauvres. Des racines et des bouses d’animaux séchées aux sacs et bouteilles en plastique, tout est récupéré et brûlé !

Une solution simple, concrète et efficace : les cuiseurs écologiques

Cuisson solaireL’utilisation de foyers de cuisson traditionnels inefficaces dégrade les ressources naturelles des populations les plus vulnérables et altère la santé des femmes et des enfants. La réponse proposée par l’ONG BISS concerne la promotion et la diffusion d’équipements de cuisson propres et sobres en consommation de combustible. Ces équipements écologiques fonctionnent avec de l’énergie inépuisable (le soleil) ou renouvelable (le bois). L’utilisation combinée de ces 3 types de cuiseur (solaire, à bois économe et thermos) amène une autonomie énergétique importante pour les familles éloignées des sources d’énergie conventionnelles (électricité, gaz).

Le cuiseur solaire de type boîte fonctionne suivant l’effet de serre. Il est constitué d’une caisse intérieure avec des parois réfléchissantes en aluminium et une plaque de fond noire, placée dans une caisse isolée aux parois extérieures en bois, et fermée sur le dessus par un vitrage. La lumière traverse la vitre, est absorbée par la plaque noire et le récipient qui s’y trouve, puis transformée en chaleur. Le rayonnement infrarouge émis ne retraverse pas le verre et la caisse isolée maintient la chaleur obtenue qui atteint 100°C à 150°C en fonction de la qualité du rayonnement lumineux. D’autres types de cuiseurs solaires efficaces existent et utilisent le principe de concentration des rayonnements du soleil.

Le cuiseur à bois économe, en argile ou en métal, combine une combustion efficace avec un transfert optimal de la chaleur obtenue vers le récipient à chauffer. Le feu se fait sur une grille dans une chambre de combustion (tuyau coudé) insérée dans une enveloppe isolante.

Le cuiseur thermos ou cuiseur à conservation de chaleur (aussi appelé marmite norvégienne) maintient la température initiale d’un récipient et permet de terminer une cuisson préalablement démarrée sur un autre équipement. C’est une caisse isolante fermée, en bois ou en carton, dont les faces intérieures sont toutes recouvertes d’une surface réfléchissante (aluminium). Les vides autour du récipient seront comblés avec du tissu résistant à la chaleur.

L’impact positif sur la santé et des bénéfices plus larges pour les familles

Les outils développés et diffusés depuis 15 ans par l’ONG BISS apportent une réponse pertinente pour la réduction des fumées domestiques toxiques à l’origine de millions de décès chaque année.
De plus, ces équipements rendent plus aisés la possibilité de chauffer l’eau, favorisant sa potabilisation et réduisant ainsi le risque d’infection digestive. Dans certaines régions froides, chauffer l’eau encourage la toilette du corps et le lavage des vêtements, apportant une amélioration sanitaire.
Lors de la collecte du bois, les femmes et les enfants ramènent de lourdes charges, de véritables fardeaux qui traumatisent l’organisme. Les blessures diverses et piqûres mortelles des serpents ne sont pas rares. Par ailleurs, il est avéré que lors de la quête du précieux combustible, les femmes et les enfants sont exposés à des violences sexuelles comme en vivent les réfugiées aux abords des camps.
Les intérêts des cuiseurs écologiques ne s’arrêtent pas qu’au domaine de la santé et sont multiples.

Intérêts environnementaux

Dès l’acquisition d’un cuiseur, ou la combinaison de plusieurs cuiseurs, la consommation du bois est diminuée de 50% à 80% et d’autant la coupe d’arbres souvent verts du fait de la pénurie de la ressource. Le déboisement important accélère la dégradation des écosystèmes locaux, la diminution des zones de productions agricoles et l’érosion des sols…. La déforestation se trouve freinée et par anticipation la désertification.
Les cuiseurs participent à la préservation du couvert forestier et à l’évitement d’émissions de CO2. Dans le cadre de la méthodologie de la Fondation Gold Standard, BISS a conduit des études rigoureuses et précises des émissions de carbone évitées en Amérique du Sud (Bolivie, Pérou) et en Afrique de l’Ouest (Bénin, Guinée, Sénégal). Nous profitons tous des 1 à 2 tonnes de CO2 évitées par an et par équipement. Les cuiseurs deviennent aussi une solution complémentaire de résolution des dérèglements du climat.

Intérêts économiques

Les projets déployés par BISS visent à créer une filière économique pérenne du producteur à l’utilisatrice. Les outils de cuisson sont adaptés aux matériaux locaux et aux savoir-faire des artisans. Le transfert de la technologie est complet et les acteurs de la chaîne de valeur formés, de la fabrication à la commercialisation. Les artisans ajoutent cette nouvelle activité économique et leur panel de produits enrichi. Les femmes associent à leur commerce habituel la vente de cuiseurs. Les utilisatrices économisent du temps et/ou de l’argent qu’elles réinvestissent pour améliorer les conditions de vie de leur famille ou dans leurs propres activités souvent informelles.

Intérêts sociaux et humains

Ces cuiseurs « modernes » parce qu’écologiques contribuent à la lutte contre la pauvreté en favorisant l’accès à l’énergie de cuisson et améliorent les conditions de vie des plus vulnérables. Les premiers bénéficiaires sont les femmes et les enfants. Les femmes sont libérées des corvées qui les contraignent de 4h du matin à 22h, elles retrouvent du temps pour organiser différemment leur journée, peuvent s’occuper de leurs enfants ou de leur potager. Les cuiseurs participent à leur manière à l’émancipation des femmes. Les évaluations sur des projets de grande envergure montrent une corrélation entre la diffusion des cuiseurs et le taux de scolarisation des filles.
Enfin rappelons que tous les indicateurs de développement prouvent qu’il y a un lien étroit entre l’accès à l’énergie, la santé, l’éducation, l’espérance de vie, la liberté…


Aujourd’hui, plus de 150 000 personnes bénéficient des impacts positifs induits par plus de 25 000 cuiseurs propres (dont 17 000 cuiseurs solaires) diffusés aux familles andines et africaines.
Depuis leur lancement, nos programmes en Bolivie, Guinée, au Pérou, Bénin, Sénégal ont évité l’émission de 50 000 tonnes de CO2. Les programmes conduits par BISS mobilisent des appuis financiers diversifiés et innovants, toutefois la tâche reste considérable et à poursuivre.

Si vous souhaitez soutenir cette cause, nous vous invitons à visiter le site Internet  de l’ONG : www.boliviainti-sudsoleil.org