patrick-fourrierQuelle est votre profession ?

Directeur Adjoint-Chargé de programmes Afrique

Organisme pour lequel vous exercez actuellement?

Je travaille au sein de l’ONG BISS (Bolivia Inti Sud Soleil) dont le siège est basé au Solilab (Pôle de Coopération et d’Innovation sociale), à Nantes. Les 6000 adhérents depuis la création de l’association sont répartis sur tout l’hexagone.

Comment êtes-vous arrivé à travailler sur des sujets liés aux problématiques environnementales ?

J’ai rejoint l’équipe de BISS en 2007 afin de plus impliquer l’ONG en Afrique. La réalité du contexte africain au regard de l’énergie de cuisson issue de la biomasse et le concret des solutions proposées par le projet associatif, ont retenu mon engagement. Je percevais toute l’utilité de l’action qui apportait immédiatement des effets positifs multiples, visibles, et donc plus facilement appropriables par les populations.

Citez-nous quelques dates/projets important(e)s dans votre parcours professionnel ?

En 1999, c’est la rencontre avec Robert CHIRON, un des fondateurs de BISS, ardent promoteur des énergies renouvelables. Scientifique, visionnaire et profondément humain, Robert a la tête dans les étoiles et les pieds sur terre ! Simultanément, je découvre l’Afrique Noire avec le Burkina, depuis l’Afrique ne m’a plus quitté et je ne compte plus les allers-retours plusieurs fois par an. Mon action se nourrit de cette confrontation avec le réel et ne peut être remplacée par le monde virtuel.

En 2006, après 25 ans dans un environnement industriel de haute technologie où j’ai assumé des fonctions diverses, je mets à profit un licenciement économique pour réaliser un vieux rêve, celui de mener des projets de développement humain à destination de populations démunies du Sud.

2010 est l’année où je supervise un premier projet pilote significatif, en Guinée Conakry. 2800 cuiseurs à bois économes seront diffusés au terme de 2 années. Aujourd’hui, une seconde phase vise la diffusion de 9000 cuiseurs supplémentaires par une filière locale.

Environnement : vos craintes et vos espoirs ?

Je n’ai que des espoirs et la conviction que l’être humain trouvera les conditions de maintien d’un environnement vivable. Toutefois, plus nous tardons dans la mise en œuvre de solutions qui d’ores et déjà existent et seraient souhaitables, plus la facture financière et humaine sera lourde.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent s’investir dans la protection de l’environnement ?

Commencer tout de suite ! Adoptez des actions simples dans vos gestes quotidiens, à la maison, au travail, dans vos loisirs. Partout et à chaque instant des solutions sont possibles et utiles. Notre marge de progression pour la protection de notre environnement est immense. N’attendez pas les lois, ne suivez pas les sirènes de la consommation malsaine. Informez-vous et agissez avec du bon sens, cela rend heureux !

Pouvez-vous nous citer quelques sites internet intéressants en lien avec votre sujet ?

Retrouvez l’article de Patrick Fourrier

L’accès à une énergie de cuisson propre : un enjeu majeur pour les populations les plus démunies