Par Claire Rochas & Annick Faure

Conjuguer en vert y compris en entreprise…

De plus en plus de français ont besoin d’être en contact avec le végétal. L’engouement pour le jardinage comme activité physique anti-stress est en régulière augmentation. Aujourd’hui, des études nous montrent que la proximité de la nature à des effets positifs en réduisant la fatigue mentale. D’autres constatent qu’une vue sur un espace naturel produit une amélioration de la santé.Biodiv_jardin_01

Côté entreprises, on commence peu à peu à prendre conscience de ces questions et enjeux : tout particulièrement en matière de surmenage. Avec par exemple, la végétalisation dans les bâtiments, on diminue la température ambiante et certaines plantes contribuent à dépolluer l’air vicié. Les bureaux disposant de la présence de plantes vertes, génèrent un sentiment de bien-être avec un effet bénéfique sur le taux d’absentéisme et sur la santé : les plantes agissent donc de manières fonctionnelles mais aussi émotionnelles. Il est vrai que les « initiatives vertes » en entreprise se conjuguent également sur différents champs par l’installation de ruches, d’hôtels à insectes, par la culture potagère sur les toits pour alimenter le restaurant de l’entreprise, ou en faisant pâturer des ovins sur leurs espaces verts.

Les bureaux disposant de la présence de plantes vertes, génèrent un sentiment de bien-être.

Toutefois, des sociétés vont plus loin alors que d’autres et font entretenir leur projet par des associations. En effet, certaines choisissent d’impliquer davantage leurs salariés. Ceux-ci deviennent tout d’abord des parties prenantes dans la création du projet puis des acteurs de sa mise en place en consacrant du temps à cultiver un potager collectif. La démarche devient alors toute autre et peut s’inscrire clairement dans une stratégie de RSE (responsabilité sociétale des entreprises). Dans ce cas, le jardin potager procure une meilleure récupération lors de situation de stress, cela a été aussi constaté lors de démarches thérapeutiques en milieu hospitalier.

Ces pratiques permettent ainsi de s’intégrer dans le cycle de la nature et de retisser une alliance avec le vivant. Des recherches sont en cours sur la compréhension approfondie de la relation entre les plantes et les êtres humains ainsi que sa nécessité. Ces études travaillent sur nos interactions avec les plantes et leurs capacités à influer sur les comportements humains, les attitudes et vice versa.

 

Au cœur d’un management émergeant…

Aujourd’hui, la nouvelle conception d’un potager renvoie à la nature, source d’innovation. De même en entreprises alors que certains modèles perdurent, on voit émerger des approches RH inédites. Souvent, le bien-être des salariés est le pivot de ces innovations. Il s’inscrit alors au cœur de la RSE sur des aspects où la biodiversité est un point essentiel.

On voit émerger en entreprises des approches RH inédites.

Biodiv_jardin_02Les entreprises innovantes ou souhaitant libérer la créativité de leurs salariés se retrouvent en pointe de ces pratiques managériales souvent transversales et collaboratives. En effet, réseaux, échanges sont cruciaux face à la complexité du monde (richesse technologique, culturelle, économique) pour les dynamiques entrepreneuriales de demain et le développement de projets originaux.

La nature y est souvent un axe fortement développé comme un modèle en termes de biodiversité : sa réussite nous propose un équilibre, une adaptabilité et une richesse de propos. L’entreprise à venir s’exercera dans le bien-être, la biodiversité dans des fonctions qui privilégient la capacité à tisser des projets collectifs.


Favoriser la biodiversité, creuser les liens…

Mettre en place ces nouvelles pratiques doit se faire de manière opérationnelle et pas à pas : c’est un apprentissage. Le potager est un écosystème où la présence de plantes potagères, aromatiques, médicinales, de fleurs comestibles ou d’agréments, également d’un petit élevage, de petits fruits favorisent la biodiversité. Il s’agit d’une démarche harmonieuse à adopter pour prendre soin de son potager, en jardinant écoresponsable par des gestes simples et de bon sens.

Il y a autant de jardiniers que de potagers !Biodiv_jardin_03

Les cultures associées, certaines fleurs avec les légumes, ensemencer des engrais verts pour enrichir la terre et maintenir sa fertilité, accrocher des nichoirs, laisser un coin de jardin en friche, mettre en place des abris confectionnés dans des troncs creux, utiliser des produits naturels de traitement à base de plantes en curatif et préventif, créer des semis de plantes mellifères pour attirer les abeilles qui pollinisent les fleurs des plantes potagères. Autant de petites attentions et de changements d’habitudes qui permettent de devenir protagoniste de la préservation de la nature et de la biodiversité de manière durable.

Il y a autant de jardiniers que de potagers. Le jardin invite à réfléchir à une transition dans la création d’un potager dont l’objectif est cette harmonie qui fait appel à la nature, au respect de la terre, à l’engagement. Plusieurs étapes doivent être franchies pour arriver à ce but. C’est à un questionnement sur nous-même que nous invite le potager oscillant entre besoin de perfection, de maîtrise et apprentissage en co-construction avec le vivant. Mais, il y a urgence à recréer le lien entre la nature et l’Homme. Cela constitue un enjeu majeur pour nos sociétés d’aujourd’hui et pour les générations de demain.